Un projet manifeste initié par Patrick Bouchain

La Preuve par 7 est une démarche expérimentale d’urbanisme et d’architecture qui travaille avec des porteurs de projets urbains, d’équipements, d’habitat, en cours de développement à travers la France, à 7 échelles territoriales : un village, un bourg, une ville moyenne, des territoires métropolitains, une métropole, un équipement structurant et un territoire d’outre mer.

L’objectif : promouvoir le recours à des approches inédites, dessiner de nouvelles manières de construire la ville collectivement, et revendiquer un droit à l’expérimentation.

Conçue dès le départ comme ayant vocation à s’élargir et à fédérer différents acteurs, la Preuve par 7 est portée pour sa phase de démarrage par Notre Atelier Commun, association créée par Patrick Bouchain, et s’appuie sur les expertises de la coopérative Plateau Urbain et de l’agence Palabres.

Les 7 échelles d’expérimentation

Sept échelles territoriales d’intervention pour donner à comprendre que l’esprit qui traverse la Preuve par 7 peut s’appliquer à tous les cas de figure :

Si la loi est générale, les territoires, la géographie, les acteurs, leurs enjeux ne sont pas identiques. Il s’agit, à travers ces 7 échelles, de travailler sur l’interprétation du droit, et sur ce qu’il y a de commun dans cette diversité.

D’ores et déjà de multiples questions communes émergent et engagent à de nouvelles manières de    faire : comment partir du terrain et de ses acteurs pour se saisir des grands sujets de société ? comment mener des projets d’équipements ou de logements qui s’adaptent aux singularités locales et permettent des appropriations collectives et individuelles, tout en répondant aux attentes bien définies des opérateurs et des financeurs ? comment instaurer un principe de programmation ouverte qui permette aux acteurs de continuer à construire, amplifier, adapter ou détourner les projets tout au long de leur existence ? quelles sont les conditions d’une réappropriation des dynamiques économiques, avec une valorisation des forces vives locales, et une transformation des ressources financières traditionnelles en leviers de développement local ?
Ou encore plus concrètement : “est-ce que l’on peut imaginer, dans un petit village, de construire des logements sociaux ? pourrait-on s’y loger et y travailler ? ”, “comment impliquer la jeunesse locale dans la construction d’un nouveau lycée et transformer le chantier en un lieu d’éducation populaire ?”

Le village

à Montjustin

Alpes-de-Haute-Provence

50 habitants

wxvgbwdqg

Le bourg

à Pérignat-ès-Allier

Puy-de-Dôme

1 500 habitants

La ville

à Saumur

Maine-et-Loire

27 500 habitants

Les territoires métropolitains

à Gennevilliers

Hauts-de-Seine

44 500 habitants

à Bagneux

Hauts-de-Seine

39 500 habitants

La métropole régionale

à Orléans

Loiret

115 000 habitants

L’outre-mer

à Mayotte

Département et Région d’Outre-mer

226 500 habitants

Le bâtiment public désaffecté

en cours de sélection